Blog de chroniques de lectures variées et diverses :
Littérature - Polars/Thrillers - SFFF - Romances - BD....

vendredi 19 juillet 2019

Bilan lectures de mi 2019



Un petit bilan que j'ai vu sur la chaîne de ma copine AméLit  et que j'ai trouvé très sympa.... 
et hop je le reprends à mon tour !

Je me suis basée sur mes lectures jusque fin juin sauf pour la question 6 qui n'aurait eu aucun sens ....


1 - Combien de livres as-tu lu pour l'instant ?
Fin juin, j'avais lu 53 livres dont 5 BD/manga.... en soit le nombre de livres n'est pas une finalité, je préfère privilégier la qualité à la quantité. D'ailleurs en passant, je ne comprends pas le concept des week-ends à 1000 (je précise bien que ce n'est pas une critique, c'est juste que je n'en comprends pas l'intérêt personnellement....)

2 - Tes 3 meilleures lectures
Trois livres se détachent vraiment (dans l'ordre de lecture et non de préférence)

Jeu blanc de Richard Wagamese
Un roman fort, dur et poétique, terriblement émouvant...

Requiem pour une République de Thomas Cantaloube
Intelligent, captivant de bout en bout.... une vraie belle découverte !

L'estrange malaventure de Mirella de Flore Vesco (chronique en cours....)
Un vrai talent de conteuse, on est immergé dans un conte merveilleux aux parfums d'enfance servi par une plume particulièrement bien travaillée, le charme est total ! 



3 - Ta plus grosse déception
Je n'ai pas eu de vraie grosse déception mais je vais dire L'atelier des sorciers tome 1. A la base, je ne suis pas friande de mangas mais j'avais vu tant d'engouement pour celui-ci que je me suis laissée tenter et..... non, ça ne l'a pas fait du tout, je n'ai accroché ni avec les dessins pour moi pareils à quasi tous les mangas, ni avec l'histoire que j'ai trouvée très simpliste...


4 - Ta bonne surprise
Incontestablement Requiem pour une République, lorsque je l'ai reçu de la part de Lecteurs.com, j'ai cru à une erreur, je ne l'avais pas sélectionné dans la liste et je n'avais aucune envie de le lire.... et puis quelques temps après je l'ai feuilleté, commencé et je n'ai plus pu le poser.... Un vrai coup de cœur ! 

5 - La sortie de fin d'année que tu attends le plus
Je ne suis pas trop les sorties à l'avance.... heureusement parce que je craque déjà bien assez pour tous les livres sortis, je me vois bien multiplier les pré-commandes en plus .... la cata ! 
Mais j'attends tout de même le tome 13 de Charley Davidson que j'ai d'ailleurs déjà pré-commandé (mouarf...), j'adore cette série, son humour, son univers.....

6 - Le livre que tu viens de finir, celui que tu lis, celui que tu liras ensuite
C'est là que je me suis un peu écartée de juin.... forcément 

mon dernier lu : Un manoir en Cornouailles de Eva Chase , j'ai adoré l'atmosphère, la plume, les personnages, un coup de cœur ! 

mon livre en cours : La vie rêvée des chaussettes orphelines de Marie Vareille, je le commence à peine

le prochain : aucune idée, je choisis toujours au dernier moment, selon mes envies, mon humeur....
Je ne sais pas faire de PAL mensuelle, hebdomadaire ou autre...

7 - Un moment qui aura marqué ta vie de lectrice
Mon arrivée dans le groupe Picabo River Book Club , j'y ai trouvé une jolie ambiance, de magnifiques découvertes avec le concept du poche du mois que j'aime infiniment et des partenariats de qualité. Je n'ai pas le temps pour y aller aussi souvent que je voudrais mais j'y vais régulièrement....

8 - Qu'espère tu pour les 6 prochains mois
Bah... rien de bien original.... de belles lectures, de belles rencontres ....
 et aussi trouver plus de temps pour mon blog ! 

vendredi 21 juin 2019

Fanny Cloutier ou l'année où j'ai failli rater ma vie




Auteur : Stéphanie Lapointe
Illustrations : Marianne Ferrer
Editions : Kennes Editions






J'ai souvent entendu dire que la chose la plus difficile dans la vie c'est de commencer quelque chose. Alors 3-2-1: GO! Je m'appelle Fanny Cloutier, j'ai quatorze ans, presque quinze. Les deux choses que je sais faire le mieux dans la vie, c'est dessiner dans mon journal intime ou bien subir les décisions excentriques de mon père. D'ailleurs, il doit bientôt se rendre à l'étranger pour tenter de développer une invention personnelle. Et moi, je vais devoir aller chez ma tante, Lorette. Comment je vais faire pour m'intégrer à cette famille et à une nouvelle école? Aucune idée!
Paru le 27 mars 2019

Mon avis

Lorsque Babelio m'a contactée pour me proposer ce livre j'ai tout de suite été intriguée par la présentation qui en était faite et je n'ai pas hésité à accepter de le recevoir.

Fanny Cloutier est une jeune fille très attachante, c'est à travers son journal que l'on apprend à la connaître. Et si au premier abord elle semble vivre sa petite crise d'adolescence comme tant d'autres, révoltée contre son père, tiraillée dans ses amitiés et ses amours, très vite des sujets plus profonds s'invitent à travers les pages colorées de son confident : secrets de famille, deuil....
Stéphanie Lapointe a su trouvé les mots justes pour traduire les états d'âme juvéniles, on y retrouve un tas de petits détails qui ne peuvent que nous rappeler notre propre jeunesse, des réactions à fleur de peau, des oppositions farouches, des blessures que l'on contient fièrement ou que l'on déverse avec emphase... La Fanny très futile qui se sent abandonnée par son père et déteste l'idée de débarquer dans une famille jusqu'alors inconnue, fait très vite place à une Fanny sensible, pertinente qui découvre peu à peu ce qu'on a toujours voulu lui cacher.

Ce qui fait la force de ce roman, outre la jolie histoire qui s'articule autour de la relation père-fille, c'est l'objet livre qui est particulièrement réussi. La mise en page, les couleurs, les illustrations, les annotations, toutes les petites trouvailles textuelles : jeux sur les polices de caractères, les papiers pliés, les calques ... etc... donnent un peps tout personnel à l'ouvrage. C'est pétillant, rythmé, coloré, plein d'humour et de petites surprises toujours bienvenues.

En mélangeant fantaisie, ironie et drame, récit, illustrations et jeux textuels, l'auteur dresse un portrait délicat d'une ado écorchée. Fanny et son furet Albert deviennent très vite familiers, attachants et c'est avec impatience que j'attends le tome 2 de cette histoire pas tout à fait comme les autres.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Kennes pour cette très jolie découverte !

Mon appréciation📚📚📚📚



mercredi 19 juin 2019

Sauvages





Auteur : Nathalie Bernard
Editions : Thierry Magnier




Jonas vient d'avoir 16 ans, ce qui signifie qu'il n'a plus que deux mois à tenir avant de retrouver sa liberté. Deux mois, soixante jours, mille quatre cent quarante heures. D'ici là, surtout, ne pas craquer. Continuer à être exactement ce qu'ils lui demandent d'être. Un simple numéro, obéissant, productif et discipliné. En un mot, leur faire croire qu'ils sont parvenus à accomplir leur mission : tuer l'Indien dans l'enfant qu'il était en arrivant dans ce lieu de malheur, six années plus tôt. A travers ce destin, Nathalie Bernard nous parle de ces pensionnats autochtones qui ont existé au Québec jusque dans les années 1990 et qui ont "accueilli" des milliers d'enfants brutalement arrachés à leur culture indienne. Entre roman historique et thriller, l'auteur nous entraîne dans une course effrénée au cœur des immenses forêts québécoises. Une chasse à l'homme qui ne possède que deux issues : la liberté ou la mort.
Paru le 29 août 2018

Mon avis
Lorsque j'ai vu ce titre dans la liste des livres proposés par Babelio lors de sa masse critique, j'ai tout de suite su que ce roman me plairait, que je devais le sélectionner. Le résumé, le thème, la couverture, tout me tentait et j'ai eu la grande chance de le remporter ! 

J'ai tout aimé dans cette lecture, c'est certes de la jeunesse, mais c'est à la fois beau et palpitant !
Construit comme un compte à rebours chapitre après chapitre, Jonas nous livre son histoire, une histoire cruelle de la jeunesse d'un peuple arrachée à sa culture, enfermée dans des établissements où la maltraitance et la cruauté sont légions. Il faut extirper chaque atome de la civilisation amérindienne dans les enfants confiés à l'institution.
Jonas n'a plus que deux mois à tenir, deux mois à rester dans le rang, à ne pas trahir tout ce qui bouillonne en lui. Il est témoin de nombre de tortures psychiques et physiques et tente de survivre avec pour objectif la date où il pourra enfin se retrouver lui-même.  Le récit à la première personne nous expose ses sentiments profonds, ses émotions, ses espoirs, ses révoltes intimes.... Et ses souvenirs l'aident à tenir, à rester intègre.
Quelques personnages particulièrement attachants gravitent autour de lui : la pétillante Lucie, le surprenant Gabriel, l'énigmatique Samson...

Nathalie Bernard, en s'appuyant sur nombre de témoignages comme l'indique la bibliographie en fin d'ouvrage, nous raconte une histoire ancrée dans la réalité d'un passé pas si lointain, c'est terriblement déroutant de se dire que de tels pensionnats existaient encore il y a seulement 30 ans....  déroutant et révoltant...

Son récit se scinde en deux parties bien distinctes, il y a Dedans : le temps du pensionnat où déjà la tension emporte le lecteur avec le sentiment du danger permanent accentué par ce compte à rebours qui s'égraine page après page. Puis il y a Dehors : à j-45 vient le temps hors des murs de l'institution, palpitant, effréné où le danger prend un tout autre visage, où Jonas doit aller chercher dans ses racines la force pour survivre et se battre, symbole d'une certaine victoire d'un peuple dont on ne peut anéantir l'essence... Impossible de poser son livre tant le rythme en est haletant.

Roman jeunesse, historique, d'aventure, à la fois beau, émouvant et captivant, c'est une bien belle découverte et je compte lire très vite d'autres romans de l'auteur, je me suis d'ailleurs déjà procuré "Sept jours pour survivre".

Une grand merci à Babelio et aux Editions Thierry Magnier pour cette très belle lecture !

Mon appréciation : 📚📚📚📚

mercredi 15 mai 2019

Brune et Jules







Auteur : Nathalie Le Gendre
Editions : Oskar Editions




Brune étouffe. Vivant dans l'angoisse et la violence, elle tente de protéger ses jeunes demi-frère et sœur des colères de son beau-père. Mais qui la sauvera, elle, des agressions et de la souffrance quotidienne ? Quand Brune rencontre Jules, l'amitié naît aussitôt, inattendue, forte, solidaire, comme une bouffée d'oxygène dans un monde froid. Jules, ce vieil homme sans-abri, au regard si doux, pourrait-il lui rendre sa joie de vivre ?
Paru le 20 avril 2010

Mon avis :

Une jolie histoire d'amitié entre une adolescente écorchée et un vieil SDF au lourd passé.

Brune vit au sein d'une famille où la violence devient coutumière : une mère démissionnaire, un beau-père alcoolique et pervers, c'est quasi au quotidien que les scènes, les cris, les coups s'invitent chez eux.... Brune est devenue le repère stable pour sa petite sœur et son petit frère, elle a pris le relais des parents défaillants et sa vie est un véritable parcours du combattant, trouver de l'argent, de la nourriture, les protéger... Mais l'adolescente, en danger face à un homme de plus en plus entreprenant, fragilisée, les émotions à vif ne peut poursuivre ainsi...

Une belle rencontre va lui permettre de relever la tête, de se reconstruire : Jules, un vieil homme sans-abri qui sait l'écouter, qui sait la comprendre et lui donner l'affection qui lui manque tant..
Une très belle amitié  se noue entre eux, faite de silence, de respect, de confidences.

Brune découvre une autre vie, des personnages attachants en proie à d'autres problèmes. Elle est confrontée à la dépendance, à la mort.... découvre la solidarité et prend la mesure de la violence du monde autour d'elle. Forte de ce nouveau point de vue, elle va mûrir, s'affranchir peu à peu de cette famille destructrice pour parvenir à s'affirmer et s'épanouir dans sa nouvelle passion, le théâtre .

C'est une jolie lecture jeunesse qui décrit les états de l'adolescence avec justesse et sensibilité. On suit une Brune écorchée qui page après page grandit, comprend, s'affirme. La fin est très émouvante et ne ménage pas les lecteurs malgré le public visé.

Mon appréciation📚📚📚

dimanche 12 mai 2019

A juste titre






Auteur : Céline David
Editions : Auto-édité




Lise n’a rien des personnages des romans qu’elle lit avec passion. Le monde réel ? Elle l'observe et le dissèque avec minutie, peinant à y trouver sa place.À chacun de ses trajets dans le métro parisien, elle imagine la vie des habitués. Lorsqu'apparaît cette fascinante voyageuse, penchée chaque soir sur des livres aux couvertures de papier kraft, Lise veut en savoir davantage. Ses recherches vont la conduire au-delà de sa timidité, jusqu’à elle-même.
Paru le 8 mai 2019

Mon avis :

Si vous êtes amoureux des livres, si vous aimez la porte qu'ils ouvrent sur le monde, si vous aimez l'objet, ce qu'il représente,  alors ce roman est fait pour vous ! Vous allez retrouver tout un florilège de petites choses dans lesquelles vous allez vous reconnaître, c'est superbement évoqué... 

Lise est une jeune femme réservée avec peu de vie sociale et qui passe la plus grande part de son temps libre à lire, elle vit une multitude de vies à travers ses lectures...elle a également une imagination débordante qui l'amène à imaginer une foule de choses au quotidien. Quel joli personnage, vive d'esprit, amusante et terriblement attachante.
Elle trouve des plaisirs multiples et des joies toutes simples dans sa petite routine , mais un jour, c'est LA rencontre qui va chambouler son univers ! Une rencontre insolite dans le métro, une femme en train de lire un livre recouvert de papier kraft et ce livre dont la couverture est cachée va la fasciner... Quel en est le titre ? Pourquoi est-il recouvert ? A partir de là, la jeune va être obnubiler par toutes les questions qu'elles se posent, elle va guetter cette mystérieuse passagère jour après jour et l'auteur parvient totalement à nous entraîner à sa suite, à nous intriguer à notre tour.
Lise en observant et même poursuivant cette femme mystérieuse va se retrouver dans une singulière librairie, une librairie comme nulle autre pareille dont le principe même soulève foison des questions pertinentes sur le livre en tant qu'objet commercial, sur les habitudes de lecture, sur la façon de choisir un ouvrage, c'est une belle réflexion sur la littérature et ce qu'elle représente.

Mais ce roman n'est pas seulement axé sur la lecture, c'est aussi en parallèle l'histoire particulièrement touchante d'Arthur, personnage énigmatique aux nombreuses facettes qui hante les pages du livre, une histoire qui croise celle de Lise et de la librairie.... une belle histoire de lecture, d'écriture, d'épanouissement, d'ouverture aux autres et de transmission... 

J'ajouterai un petit mot pour la jolie plume de l'auteur, tout en délicatesse, qui raconte l'amour des livres, l'amour des mots...

Avec tout cela, ce devrait être un coup de cœur, et pourtant....
lorsque j'ai vu la chronique de ma copine du blog "Les sortilèges des mots", j'ai eu une folle envie de le lire : le thème, l'enthousiasme de Zaphrinia...et je n'ai pas hésité à le demander à l'auteur. Celle-ci a mis à ma disposition une version en epub et je l'en remercie vivement mais toutefois, je pense vraiment que c'est une hérésie de lire ce roman en numérique quand on nous vante le plaisir de feuilleter, le plaisir de découvrir l'objet.... je crois que j'ai perdu en route un petit morceau de l'âme du livre....
Bref, vous l'aurez compris, je conseille vivement cette lecture mais en format papier !


Mon appréciation : 📚📚📚


jeudi 9 mai 2019

Le manoir d'Alderney





Auteur : Anne Perry
Editions : 10-18




Londres, 1910. Tout accable Philippe Sidney, diplomate britannique à l'ambassade de Washington, accusé officiellement de détournements de fonds, officieusement d'avoir agressé la fille d'une famille américaine respectée et dérobé un bijou. Chargé de sa défense, Daniel Pitt doute de son client, du dossier, tressé d'étranges coïncidences, et tout autant de lui-même : sa propre sœur est proche de la victime. L'affaire en cache bien une autre et lorsqu'un cadavre vient entraver le procès, le jeune avocat se lance dans une enquête dangereuse, aux rouages labyrinthiques. Une histoire de passions, de vengeance et d'idéaux pervertis, qui, dans l'ombre de la Grande Guerre à venir, le mènera jusque dans la Manche, sur la mystérieuse île d'Alderney...
Paru le 16 mai 2019

Mon avis :

Voilà bien longtemps que j'avais envie de découvrir les écrits de Anne Perry, j'ai vu nombres de livres passer avec des retours parfois très contrastés et j'avoue avoir souvent été intriguée mais rebutée par la quantité impressionnante de ses ouvrages. J'aime commencer les séries par leur début, mais une fois n'est pas coutume, lorsque Babelio m'a proposé une masse critique privilégiée, j'ai accepté sans hésiter l'occasion qui m'était donnée. Me voilà donc plonger dans le dernier tome d'une très longue série avec la vague appréhension de certainement rater quelques allusions ou autres...

Daniel Pitt est un jeune avocat brillant à la carrière prometteuse. Lorsque sa sœur Jemima et son beau-frère Richard jusqu'alors inconnu arrivent de New York, ils ramènent avec eux une sordide histoire qui met en cause Philippe Sidney, un diplomate accusé d'avoir agressé et volé une jeune amie de Jemima et d'avoir fui sous couvert d'immunité diplomatique.
Daniel est chargé de le défendre pour une autre accusation qui semble montée de toute pièce  et les demandes de sa propre famille sont troubles. L'affaire est bien plus complexe qu'il n'y parait dans un contexte international difficile à la veille de la première guerre mondiale. Peu à peu, Daniel, tiraillé entre ses loyautés, à sa famille et à son éthique professionnelle, va démêler avec patience et pertinence tous les nœuds qui encerclent et étouffent son client.

Ceux qui aiment l'action frénétique, les meurtres sanglants, les coups de théâtre à toutes les pages n'y trouveront pas leur compte. Si l'intrigue est dense et tentaculaire, ce roman s'inscrit dans une tradition anglaise de romans policiers d'atmosphère où les personnages, leurs doutes, leur psychologie et l'enquête minutieuse prennent une place prépondérante.  
L'action se situe dans une société anglaise polissée qui répond à des codes bien précis. On ne s'affronte pas directement, on déjoue les pièges, on intrigue et l'on reste toujours dans la bienséance. J'ai beaucoup aimé cette ambiance bien particulière qui nous plonge avec réalisme au début du siècle précédent.

En outre, la famille Pitt est une famille attachante, vivante avec de beaux portraits de femmes qui vivent dans une époque peu propice à l'émancipation féminine. La place des femmes dans cette famille est très intéressante et j'ai beaucoup aimé la belle amitié entre Daniel et la charismatique Miriam.

Une jolie découverte et je lirai très certainement le tome précédent, les nombreuses allusions à cette affaire de procès de Graves  m'ont donné envie d'en découvrir toutes les facettes !

Un grand merci à Babelio  et aux Editions 10-18


Mon appréciation📚📚📚


lundi 29 avril 2019

Requiem pour une République



Auteur : Thomas Cantaloube
Editions : Gallimard
Collection : Série Noire



"Je connais bien la question algérienne. Je connais bien la police. Je ne veux pas être désobligeant avec vous, mais il y a des choses qui vous dépassent. L'intérêt supérieur du pays nécessite souvent que l'on passe certains événements, certaines personnes, par pertes et profits." Automne 1959. L'élimination d'un avocat algérien lié au FLN tourne au carnage. Toute sa famille est décimée. Antoine Carrega, ancien résistant corse qui a ses entrées dans le Milieu, Sirius Volkstrom, ancien collabo devenu exécuteur des basses oeuvres du Préfet Papon, et Luc Blanchard, jeune flic naïf, sont à la recherche de l'assassin. Une chasse à l'homme qui va mener ces trois individus aux convictions et aux intérêts radicalement opposés à se croiser et, bien malgré eux, à joindre leurs forces dans cette traque dont les enjeux profonds les dépassent.
Paru le 10 janvier 2019

Mon avis :

Lorsque je me suis inscrite aux explorateurs des polars sur lecteurs.com, j'ai fait ma petite sélection de 4 livres, des auteurs que je connaissais, des valeurs sûres pour moi. Requiem pour une République n'en faisait pas partie.... honnêtement c'est un livre vers lequel je ne me serais pas tournée ...
Quelle n'a pas été ma surprise de le recevoir ! Après un premier temps de déception, j'ai décidé de m'y plonger et bien m'en a pris parce que ce livre est fabuleux ! Un véritable coup de cœur !

Dès les premières lignes on est embarqué dans une histoire sordide mais haletante, ancrée dans une réalité de l'époque, les débuts de la Ve République dont l'auteur sonne déjà le glas avec un titre très orienté.

Paris, 1959, la France est en pleine guerre avec l'Algérie, De Gaulle est à la tête de l'Etat et Maurice Papon est le préfet de police de Paris. Ce dernier commandite l'assassinat d'un avocat algérien que l'on soupçonne d'être proche de FLN. Mais cette exécution ne passe pas comme prévue... le crime  est odieux et on tente de l'étouffer.

S'en suit une enquête absolument passionnante que l'on suit à travers trois personnages totalement disparates, chacun poursuit ses propres intérêts à savoir ce qui s'est réellement passé, à retrouver l’exécuteur qui s'est envolé...
Sirius Volkstrom, ancien collabo, l'homme de main de Maurice Papon,  manchot mais redoutable, dont la mission n'a pu aboutir, est maintenant considéré comme suspect.
Antoine Carrega, ancien résistant corse devenu truand, les mains pas tout à fait propres mais avec un code d'honneur chevillé au corps, se retrouve mêlé à l'histoire par amitié.
Quant au jeune flic bourré d'illusions  en charge de l'affaire, il va se révéler d'une grande ténacité.

Trois forts personnages dont la qualité première est d'être troubles, à la fois admirables par certains côtés mais aussi capables du pire. Aucun manichéisme chez eux, ils s'adaptent aux circonstances et tentent de s'en sortir.

Un réalisme, une maîtrise du propos et de l'intrigue, une histoire ancrée dans la réalité d'une époque, le racisme, la violence, les manigances politiques, la corruption, des dialogues criants de vérité... l'enquête est passionnante jusqu'à la toute fin.

Et puis il y a la découverte d'un épisode épouvantable de notre passé : La Nuit Oubliée - 17 octobre 1961, une répression policière d'une violence insoupçonnée sous la houlette d'hommes dont le nom résonne encore de nos jours... c'est profondément troublant...
J'avais découvert le métro Charonne à 15 ans avec les chansons de Renaud, Thierry Cantaloube m'aura ouvert les yeux sur un autre épisode peu glorieux dont on ne parle jamais.... mais sur lequel on peut entendre le témoignage du photographe Georges Azenstarck...

Je remercie Lecteurs.com et Les Editions Gallimard pour cette formidable lecture,
un livre que je relirai assurément !


Mon appréciation