jeudi 24 décembre 2015

Côté face




Auteur : Anne Denier
Editions : Rebelle




J'étais en retard et si cela n'avait pas été le cas, jamais je n'aurais pris ce tram et jamais je ne l'aurais rencontré. Lui. Celui qui allait détruire ma vie en réveillant une mémoire qui sommeillait en moi et dont j'ignorais l'existence. 

Un autre côté de moi-même.

"Te séduire, t'emmener, te torturer, te violer et t'assassiner."

Paru en avril 2013

Mon avis :

Autant l'avouer de suite, j'ai tout d'abord été complètement subjuguée par la couverture de ce livre qui est tout simplement sublime.... je n'avais rien lu si ce n'est la quatrième de couverture, j'ai débuté ce récit, l'esprit vierge de toute attente et de tout présupposé..et j'ai plongé dans une histoire vraiment singulière qui ne ressemble à aucune autre, qui m'a bousculée et m'a emportée dans un tourbillon étourdissant.....

Impossible de raconter cette histoire sans trop en dire, si ce n'est le point de départ...

Tout commence un matin dans une famille on ne peut plus normale, pleine de bruit, où le jeune héroïne cherche sa chaussure, fulmine contre le chien de son frère qui l'a mâchouillée, part en retard pour le lycée..... un matin somme toute normal comme dans des milliers de familles ....Elle prend donc un tram plus tard que prévu et remarque qu'un jeune homme la fixe étrangement, jeune homme qui la fascine ...cette rencontre fortuite va la hanter....Deux jours plus tard, elle est victime d'une chute dans l'escalier et se réveille à l'hôpital sans aucun souvenir de sa propre existence...

Et à partir de là, l'histoire prend une inflexion très particulière....tout devient flou, des souvenirs qui ne sont pas les siens envahissent son esprit, des souvenirs où le jeune homme du tram tient un rôle important. 


Peu à peu, l'héroïne dont on ne connaîtra d'ailleurs jamais le prénom, s'efface devant Hyla qui impose ses souvenirs issus du siècle dernier, des réminiscences violentes, éprouvantes distillées par petites touches et par un savant jeu d'allers-retours entre le passé et le présent.
Très vite le lecteur est complètement perdu dans un véritable labyrinthe inextricable sans savoir quelle est la part de rêve, de folie, de réalité...Les va-et-vient entre présent et passé, entre Berlin et Montpellier se font dans un très savant désordre, l’enchaînement chapitre après chapitre semble échapper à toute logique mais participe à une remarquable construction du roman où rien n'est laissé au hasard. Bluffant !

Ce n'est pas un livre où le lecteur chemine tranquillement sur un tracé linéaire familier, c'est un livre où la tension s'installe crescendo, un livre qui vous chamboule, qui vous questionne, qui demande des efforts, qui force l'implication. Je me suis retrouvée à plusieurs reprises à revenir sur mes pas pour vérifier une date, un détail, pour ordonner toutes les pistes, reconnaître les impasses et trouver l'issue de cette extraordinaire histoire ... Captivant !

Insensiblement, l'histoire se resserre presque en un huis clôt intemporel, étouffant entre les trois protagonistes principaux : Hyla, Nebel et Côme, un triangle pernicieux où l'amour et la violence règnent... Tous les autres personnages du récit ne sont que quantité négligeable malgré leur rôle parfois essentiel. Sans prénom, ils sont juste esquissés et nommés selon leur fonction dans le récit.
En revanche, les trois héros sont denses et complexes, rien de manichéen chez eux, chacun a sa part d'ombre, son humanité, sa violence.... aucun ne ressort indemne de cette histoire...

J'ai beaucoup beaucoup aimé l'écriture de ce roman, une écriture ciselée qui tantôt se dépouille pour aller à l'essentiel, 

L’obscurité se brisa. Je me retrouvai plongé dans un kaléidoscope d’images, de bruits, de sentiments et se sensations. Tout se succédait à une vitesse vertigineuse. Sans liens. Sans logique.

et tantôt s'étoffe, s'amplifie, se poétise pour créer des atmosphère particulières. 

La marée noire de la nuit suinta du sol et monta doucement. Cette obscurité affamée dévorait l’univers en en avalant chaque parcelle, commençant par les racines et avançant implacablement vers le ciel. L’infini argenté de l’espace tourna au bleu transparent avant de prendre une teinte d’encre sombre. Des milliers d’éclats de lumière scintillante parsemèrent ce voile.La nuit était tombée en douceur, sans bruit, lentement.Le vent était glacé et balayait dans un grand bruit la plaine. Le froid était pinçant et traversait mes maigres vêtements. Ma veste était restée sur la plage il y a longtemps.

Il y a de nombreux passages où j'ai tout simplement aimé la musique des mots....

Il tenait un objet coloré et brillant entre les doigts.
Ivoire, tourmaline multicolore et fils d’argent.

J'ai été fascinée par cette histoire intense, j'ai aimé la dimension fantastique apportée, la question de l'immortalité traitée de façon originale avec la pierre philosophale, j'ai apprécié chaque ambiance parfois teintée d'une douce mélancolie, j'ai admiré la distorsion entre le monde policé et élégant d'Hyla et la brutalité de son quotidien. Les émotions sont multiples et variées, on passe du romantisme le plus pur, à la violence physique et psychologique, du badinage léger à l'oppression ...

On est emporté à la fois par la forme et par le fond dans un tourbillon funèbre qui nous laisse étourdi...

J'ai toutefois une petite réserve à formuler: il me reste des questions sans réponses....
Attention Spoilers
( Je n'ai pas compris comment des êtres immortels pouvaient mourir malgré la pierre...
J'aurais aimé savoir comment est morte Hyla...
Comment est-elle revenue puisque les morts ne reviennent pas ?
)
Je reste un peu sur ma faim avec ces questions d'immortalité et de mort.... C'est le seul point qui me chiffonne, et je suis d'autant plus frustrée de ne pas avoir le tome 2 sous la main....

Mais cette petite réserve n'a en rien entaché mon plaisir de lecture, ce fut une expérience singulière, captivante et grisante, un roman dont l'originalité et la plume sont d'une grande élégance à l'image de la sublime couverture.
Une bien jolie découverte !


Ma notation : ♥♥♥♥









1 commentaire: