mercredi 4 janvier 2017

Antiqam



Auteur : Luc Serrano
Editeur : Books on Demand Editions


Quand certains actes condamnables, liés au conflit franco-algérien, refont surface au bout de plusieurs dizaines d'années, c'est tout un petit village du sud de Toulouse qui va être le théâtre d'une suite d'événements mystérieux qui iront jusqu'à mettre en péril la vie de certains de ses habitants. En découvrant par hasard des vieux ossements dans le bois du château, le pauvre Zaius ne s'attend pas à provoquer un tel cataclysme dont il sera la première victime. Alphonse Placard, venu à l'aide de son ami le Baron Louis Clément du Martinet du Bois de la Pierre aura beaucoup de mal à faire la preuve de ses intuitions.
Paru le 22 août 2016




Mon avis :

Une rencontre fortuite au coin d'une librairie, une table et des dédicaces et je me suis laissée tenter par ce roman dont la couverture et la quatrième me semblaient prometteuses. Et je ne le regrette en rien !

L'histoire débute par un incipit qui se passe en Algérie en 1959, trois frères obligés par des événements tragiques de s'embarquer pour la France, le cœur plein d'espoir...
Des premières pages touchantes qui suscitent immédiatement intérêt et curiosité pour la suite...

Ellypse temporelle et on se retrouve en 2003 dans un petit village de la région toulousaine.
Autant dire tout de suite que cette proximité, les noms évocateurs ont trouvé une résonance en moi, ajoutant du plaisir à ma lecture.... j'étais chez moi !
Saint-Ettifal un petit village qui semble paisible mais des événements troubles vont survenir...
Tout d'abord, le jeune Zaius, un garçon vivant chichement à l'écart de tous, disparaît après avoir découvert par hasard quelques ossements, dont un crane humain, dans les bois ... Seule la belle Emmanuelle, la jeune bibliothécaire du village qui fait tourner bien des têtes, va s'alarmer de son absence et alerter les habitants. Parallèlement, des bruits étranges sont entendus dans les sous-sols du château, des empreintes de pas aperçus.... il n'en faut pas plus pour que le propriétaire fasse appel à son ami de jeunesse, un détective de Toulouse pour venir prospecter sur ses terres.

J'ai beaucoup aimé les personnages masculins principaux, des  personnages attachants et pittoresques :
- Louis Clément de Martinet du Bois, dernier descendant d'une lignée aristocratique, baron désargenté solitaire mais qui véhicule encore de vraies valeurs... Il vit dans un domaine prestigieux dont la plus grande partie est laissée à l'abandon,  avec une gouvernante Marinette qui s'apparente bien plus à une figure maternelle qu'à un petit personnel de maison.
- Son ami, le détective Alphonse Placard, qui vit de petites filatures et mène une vie assez misérable dans un studio sous les toits de Toulouse, un homme perspicace et intelligent...

Lorsque Alphonse, appelé à l'aide par le Baron, arrive au domaine, il ne s'attend certainement pas à être plongé dans une histoire de cette envergure.... Très vite, son intuition lui souffle que tous les étranges événements survenus dans le village sont liés, il entrevoit les fils qui s'entremêlent et se lance sans tarder sur les pistes qu'il repère... Il fait preuve bien souvent d'une grande présence d'esprit.

Disparition, complot, meurtre, accident.... après l'absence de Zaius, les événements s'enchaînent sans temps morts.... l’exhumation accidentelle des ossements a fait vacillé le silence et l'on sent tout le long du roman une tension qui s'étire et s’alourdit.. l'atmosphère devient inquiétante au fil des pages...

Nos détectives touchent du doigt une vérité dérangeante sans jamais l'appréhender dans son entier.... et le lecteur suit pas à pas cette enquête qui l'amène de découvertes en surprise sans qu'il ne devine jamais qui se cache derrière les sombres événements.
Quand on entrevoit les coupables de la disparition de Zaius, ils sont à leur tour mis à mal par une main mystérieuse et on se perd dans des conjonctures .... Que s'est-il vraiment passé il y a quelques années, cette histoire terrible que ressasse à coups de messages sibyllins le vieux Pégot accoudé au comptoir du bar ?

Un récit extrêmement bien tissé qui parle de la cruauté des hommes, du racisme ordinaire, de l'omerta des petits villages, un roman noir très sombre illuminé malgré tout par les romances qui se nouent au gré des pages....  Un scénario machiavélique qui ne se dévoile que lorsque toutes les pièces du puzzle s’emboîtent. Il faut attendre la toute fin pour comprendre exactement l'entière vérité....
Un épilogue qui fait écho au prologue et la boucle est bouclée..... laissant le lecteur le cœur chaviré devant l'indicible... Une bien terrible histoire !

Si j'avais quelques réserves à émettre ce serait tout d'abord sur le temps utilisé, j'ai eu un peu de mal avec le présent dans la narration, je préfère le passé simple mais au bout de quelques pages je n'y pensais déjà plus prise par la toile tendue par l'auteur...
De même, étant une grande amatrice de romance, j'aurais aimé un peu plus de développements et de profondeur sur celles qui sont décrites, mais rien qui n'est venu entaché mon plaisir de lecture...

Une jolie découverte et l'envie de poursuivre avec les autres romans à venir de l'auteur !

Ma notation : 4/5

2 commentaires:

  1. Merci pour ce billet dont le contenu m' a apporté dois-je avouer un certain plaisir personnel.
    En ce qui concerne l'utilisation du présent, il s'agit bien sûr d'une volonté délibérée. Je trouve que ce temps apporte une simplicité dans le texte, une aisance de lecture et par la-même une facilité à entrer dans le livre.
    Vous dites être grande amatrice de romances, alors permettez-moi de vous conseiller mon premier roman, "14 février" qui n'est lui, qu'une romance....mais quelle romance !!!
    Merci encore et bonnes lectures.
    Luc SERRANO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends bien que ce soit un choix personnel, après ce sont des habitudes de lecteurs, des préférences personnelles.... mais rien de bien grave puisque j'ai tout de même pris beaucoup de plaisir à lire !
      J'essaierai de trouver cet autre roman cette année, il m'intrigue lui aussi ....

      Supprimer