lundi 13 février 2017

L'amour est une haine comme les autres


Auteurs : Stéphane Louis, Lionel Marty et Vera Daviet
Editions : Grand Angle



Une amitié interdite dans la Louisiane raciste des années 30...

William est un enfant peu doué. À l’inverse, Abelard a des capacités intellectuelles hors normes. Mais il ne peut aller à l’école : les Noirs n’y sont pas acceptés. Entre les deux enfants, un pacte est scellé. Abe aidera William pour ses devoirs, et ce dernier lui trouvera toujours du travail. William gravit ainsi tous les échelons de la société locale, fondant sa propre entreprise dans laquelle Abe, l’homme à tout faire, prend les décisions dans l’ombre. William se décidera-t-il à donner à Abe la place qui lui revient, à placer un « nègre » dans son fauteuil ? Une amitié d’enfant, si forte soit elle, peut-elle survivre à de telles tensions ?
Paru le 1 février 2017


Mon avis :

Une histoire d'amitié improbable qui brave tous les interdits de l'époque...
C'est à la fois beau, subtil, dur, violent, émouvant ...  un mélange remarquable. J'ai adoré cet album tant dans le propos que dans le dessin !

On est en Louisiane dans les années 30, deux enfants se rencontrent, s'entraident et lient une réelle amitié profonde et durable. Mais l'un est noir, l'autre blanc et cette amitié est interdite dans un contexte de violence extrême. Le récit fait un état des lieux sans concession du racisme ordinaire qui mène à tous les indicibles, le ku klux klan sévit en toute impunité, j'ai découvert avec effroi la pratique des picnics...
Le peu de poids de la vie d'un noir et le peu d'intelligence qu'on leur prête sont bien exposés.. j'ai d'ailleurs vraiment aimé que ce soit Abe le plus brillant des deux, un démenti tout en finesse...
La haine brûle dans la famille de chacun, une haine véhémente qui masque même l'amour des mères... le propos est dur et d'un réaliste redoutable.

Malgré la société, malgré des familles haineuses, les deux garçons s'allient : Abe aidera William au quotidien à gérer devoirs, puis entreprise, William gardera toujours un travail pour Abe, le protégera autant qu'il pourra et ce dans le secret bien entendu...

La construction même du récit amène une tension palpable qui enfle page après page... en effet l'album commence sur un épisode particulièrement frappant, puis repart dans le temps pour distiller le récit de cette amitié hors norme, et peu à peu on découvre les moments clés de leur vie .... le doute sur la durée d'une telle amitié que famille, société, femmes réprouvent s'insinue doucement, on suit ce drame latent qui se noue lentement avec émotion, il y a un vrai suspens qui nous tient en haleine....

Les personnages sont denses et psychologiquement bien esquissés, il y a une grande justesse dans les dialogues et les actions, le perspicacité de Abe, la maladresse et le grand cœur de William, la noirceur de Gwendolyne,  le père de William à la fois bon père de famille qui aime son fils mais qui commet des exactions pour lui  tellement normales et anodines .... la frontière entre les sentiments est fragile, amour/haine, ils se mêlent, se confondent, se dénouent... L'amour est une haine comme les autres....

Un dessin au service du scénario, j'ai beaucoup aimé le trait expressif, les visages mouvants, les regards vivants... parfois des vignettes dépouillées d'une sobriété marquant l'essentiel.... et les couleurs de  l'enfance, des îlots de douceur au milieu de toute cette noirceur...

Une bande dessinée très réussie, à la fois intelligente, subtile, palpitante et terriblement émouvante et un formidable message d'espoir en l'humanité....

Ma notation : 4,7/5

2 commentaires:

  1. Merci beaucoup. Ravi que mon histoire et sa mise en images par Lionel et Véra, vous ai plût. Très belle critique, très bien écrite. Amitiés. Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très bel album vraiment!
      Un grand merci pour votre visite et votre gentil commentaire.

      Supprimer