Blog de chroniques de lectures variées et diverses :
Littérature - Polars/Thrillers - SFFF - Romances - BD....

dimanche 19 décembre 2021

Ténébreuse - Livre premier


 


Scénario : Hubert
Dessins : Vincent Mallié
Editions : Dupuis
Collection : Aire libre




Il était une fois un chevalier déchu et une jolie princesse à délivrer... Méprisé par ses anciens compagnons d'armes pour un crime qui entache à jamais sa réputation, Arzhur erre de tavernes en champs de bataille à la recherche du prochain contrat qui remplira sa bourse. Une nuit, trois mystérieuses vieilles femmes lui proposent le pacte dont rêvent tous les mercenaires : retrouver honneur et fortune en délivrant une fille de roi, retenue captive dans les ruines d'un château abandonné. Malgré la méfiance de son écuyer, Arzhur accepte le marché et livre un combat sans pitié aux monstres qui gardent la princesse. 
Paru le 22 octobre 2021

Mon avis :

Encore une bien jolie découverte avec cet album !

Ancrée dans l'univers de chevalerie du Moyen-Âge, cette bande dessinée joue avec les codes du genre pour notre plus grand bonheur. 
Son chevalier (Arzhur et non Arthur) n'est plus tout à fait chevalier mais plutôt un mercenaire porté sur la bouteille, trainant sa mauvaise réputation et louant son épée au plus offrant. Un brin naïf, il est décidé à laver son honneur et se laisse facilement convaincre par trois vieilles femmes d'accepter une mission romanesque. Mais la princesse en détresse qu'il doit délivrer n'est pas vraiment en détresse et se révèle bien plus dangereuse qu'il n'y parait... D'un tempérament fougueux, elle a du mal à assumer son lourd héritage familial et veut rester maîtresse de sa destinée. 
Et rien ne se passe comme prévu.... 

Un scénario astucieux plein de second degré, les péripéties et les surprises s'enchainent sans temps morts. Magie et  mystères tirés des légendes médiévales viennent pimenter le récit, lui donnant une dimension plus palpitante encore.  Bataille, manigance, secrets dévoilés, les deux personnages principaux sont malmenés mais font front commun. La fin saisissante promet un second tome passionnant.

Les dessins très travaillés accompagnent à merveille le propos. Paysages moyenâgeux, châteaux, villes, animaux, les détails sont nombreux et soignés et les personnages expressifs. Couleurs, ambiance, mouvements, ils racontent autant que le texte et certaines planches sont superbes.

Un premier livre très réussi qui garde quelques questions en suspens, de quoi aiguiser l'impatience ... Vivement la suite ! 


Sur mon échelle : 📚📚📚📚

dimanche 12 décembre 2021

Seul le silence (BD)


 

Scénario : Fabrice Colin
d'après le roman de R.J. Ellory
Dessins : Richard Guérineau
Editions : Philéas



Joseph Vaughan, devenu écrivain à succès, revient sur des événements qui ont bouleversé son enfance et qui vont le hanter, le poursuivre toute sa vie d'adulte : des meurtres de jeunes filles perpétrés sur plusieurs décennies, dont il a été le témoin involontaire.
Joseph a douze ans lorsqu'il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d'une fillette assassinée. La première victime d'une longue série qui laissera longtemps la police impuissante. Des années plus tard, lorsque l'affaire semble enfin élucidée, Joseph décide de changer de vie et de s'installer à New York pour oublier les séquelles de cette histoire qui l'a touché de trop près. Lorsqu'il comprend que le tueur est toujours à l'œuvre, il n'a d'autre solution pour échapper à ses démons, alors que les cadavres d'enfants se multiplient, que de reprendre une enquête qui le hante afin de démasquer le vrai coupable...
Joseph Vaughan, devenu écrivain à succès, tient en joue le tueur en série, dans l'ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans.
Paru le 28 octobre 2021

Mon avis :
Quelle gageure de s'attaquer au roman de R.J. Ellory, un roman dense, d'une grande profondeur, un de mes polars préférés de tous les temps ! Autant dire que mes attentes étaient élevées et je n'ai pas été déçue.

Je ne vais pas m'étendre sur l'histoire (si vous n'avez pas lu le roman, qu'attendez-vous ? Foncez ! ) mais je vais saluer les superbes dessins et l'adaptation très réussie qui ont su rendre à la fois la noirceur indicible du roman et sa très grande poésie. 

Dans des couleurs sépia, les illustrations classiques et soignées rendent hommage à l'ambiance du récit, une ambiance sombre faite de souvenirs égrenés par la voix de Joseph, narrateur. Avec des gros plans, des expressions, des détails suggérant l'inexprimable, donnant plus de force encore à l'horreur,  des paysages divers de l'Amérique , les dessins sont particulièrement réussis ! 

Le texte est ciselé,  entre dialogues réalistes et voix off pleine de profondeur et de lyrisme. C'est à la fois vivant, prenant, il y a du suspens, des péripéties et l'on suit en apnée le déroulé de l'incroyable destin de Joseph poursuivi par ces morts de fillettes toutes plus abominables les unes que les autres. C'est beau, c'est profond et c'est plein d'émotion...

Une bien belle lecture qui m'a donné une envie folle de replonger dans le roman...
Gageure relevée de main de maître !


Sur mon échelle : 📚📚📚📚


dimanche 5 décembre 2021

Cabot-Caboche


 




Scénario et illustrations : Grégory Panaccione
D'après le roman de Daniel Pennac
Editions : Delcourt




Jugé trop laid pour être adopté, le Chien est traité comme un vulgaire déchet, laissé pour mort dans une décharge. Gueule Noire, une vieille chienne qui vit là, lui vient en aide. Son principal conseil ? Trouver au plus vite une maîtresse et, surtout, bien la dresser ! Pomme sera sa maîtresse. Mais cette petite fille a un solide caractère et va s'avérer particulièrement difficile à apprivoiser...
Paru le 3 novembre 2021

Mon avis :

Quel chouette album plein d'émotion, de tendresse, d'humour aussi ! Un vrai coup de cœur totalement inattendu !

Le Chien n'est pas joli joli, dès sa naissance il est rejeté, voire condamné et pourtant ce petit être malingre et disproportionné s'accroche à la vie et ne demande qu'à être heureux auprès d'une maîtresse bien à lui. 
Narrateur de sa propre histoire, il raconte ses errances et ses rencontres diverses et variées, souvent très marquantes et pleines d'enseignements : Gueule Noire, Laineux, Le Hyéneux ... et sa recherche éperdue d'un foyer.  C'est une histoire à la fois tragique, cruelle mais aussi pleine de tendresse, d'amour et parfois très drôle.

Grégory Panaccione illustre à merveille le parcours éprouvant de ce chien perdu si attachant. Mauvais traitements, violence, abandon, mort, les hommes font piètre figure dans le récit et le dessin très réussi accentue les émotions .... un simple regard sur un bord d'autoroute devient déchirant ! Et les grands yeux du Chien qui lui mangent la face, sa perception des événements ne peuvent laisser insensible. Les superbes dessins racontent autant que les mots : expressions, mouvements, couleurs, lumière, gros plans, ambiances crées par des paysages marqués : ville, décharge, fourrière, cimetière... C'est toujours  touchant et d'une grande justesse !

Un album plein de sensibilité, avec de jolis messages sur la condition des animaux, sur la responsabilité d'adopter un chien. Une fois ouvert, impossible de le refermer tant le récit est prenant et bouleversant...

Une grand merci à Babelio et aux Editions Delcourt pour cette très belle découverte,
il ne me reste plus qu'à lire le roman de Daniel Pennac maintenant ! 


Sur mon échelle



dimanche 7 novembre 2021

Astérix - tome 39 : Astérix et le griffon


 

Scénario : Jean-Yves Ferri
Dessins : Didier Conrad
D’après Goscinny et Uderzo

Editions : Albert René





Astérix, Obélix et Idéfix sont de retour pour une 39e aventure. Accompagnés du plus célèbre des druides, ils s’apprêtent à partir pour un long voyage en quête d’une créature étrange et terrifiante.

Mi-aigle, mi-lion, énigmatique à souhait, le Griffon sera l’objet de ce grand voyage !
Toujours réalisée par le talentueux duo formé par Jean-Yves Ferri au scénario et Didier Conrad au dessin, nul doute que cette nouvelle aventure proposera une quête épique et semée d’embûches à nos héros à la recherche de cet animal fantastique !
Paru le 21 octobre 2021

Mon avis :

Impossible de résister à l'attrait de retrouver nos célèbres gaulois, comme à chaque fois je me suis  précipitée sur la nouvelle sortie...et j'ai passé un très bon moment de lecture avec cet album qui a repris tous les codes de la série. 

Astérix, Obélix et Panoramix font route vers l'Est pour venir en aide aux Sarmates contre les Romains qui veulent s'emparer de leur fameux griffon. Ils voyagent à travers la steppe dans des étendues enneigées, dépaysement assuré pour nos héros !  

Des dessins très réussis qui respectent l'héritage d'Uderzo, un scénario sympathique avec un voyage inédit plein de péripéties, un humour omniprésent (la tandem Terrinconus et Jolicursus est vraiment excellent !), des jeux de mots nombreux et souvent savoureux en phase avec l'actualité, des personnages singuliers et une large place faite aux femmes, un soupçon de merveilleux, un Idéfix insoumis et facétieux, des romains égaux à eux-mêmes, vraiment tous les ingrédients sont là pour en faire un bel album dans l'esprit de la série.

Une jolie continuité, que demander de plus  ! 

Sur mon échelle : 📚📚📚📚

jeudi 4 novembre 2021

La Rouelle - Livre III : Les Apprentis






Auteur : Muriel Rawolle
Editions : Auto-édition






Au cœur des Bastions se tissent les intrigues. D'improbables amitiés se nouent, d'autres se distendent, les véritables visages se dévoilent.
Les apprentis ont choisi leur enseignant et progressent dans leurs études. Si Corl se félicite de son choix, les sentiments de Ninoune sont plus mitigés.
Bulle peine toujours à trouver sa place auprès d'un maître exigeant.
Alors que Jeck délivre enfin le message de sa mère, Bathyl dévoile la prophétie au Conseil...
Paru en octobre 2021

Mon avis :

Un troisième tome que j'attendais avec impatience et sitôt reçu sitôt lu avec toujours autant de plaisir ! Comme j'aime cette histoire, cet environnement, ces personnages ! 

Nous sommes dans la continuité du livre II, Corl et Nine ont chacun choisi leur "enseignant" et désormais il faut commencer l'apprentissage. Entre leçons, études, lectures, ils doivent assimiler les bases de la magie et n'ont pas forcément les mêmes aides, les mêmes facilités..
Le choix du maître est primordial et si Corl est vraiment satisfait et s'épanouit sous la conduite du sien, Nine déchante bien vite. Elle s'est laissé aveugler par son côté superficiel et le paie bien cher...
Jeck toujours en attente de mener à bien la mission dont l'a chargé sa mère, doit aussi faire face à ses sentiments intimes et accepter ce père qui lui semble bien peu glorieux...
Quant à Bulle, elle prend ses marques dans son nouvel environnement. Son travail lui plait beaucoup malgré la froideur et la dureté de Julius. Elle a ses entrées auprès des plus prestigieux et il se raconte qu'elle a des ressources insoupçonnées... simples bruits de couloir selon son employeur !
Autour de nos quatre jeunes gens gravitent une foule de personnages colorés, plus ou moins importants qui donnent du relief au récit, le personnel, les liges, les frères et sœurs magiciens. Sans oublier Canaille qui se glisse entre les jambes de tous, rode dans les couloirs et continue de jouer un rôle prépondérant. Je persiste à croire qu'il cache bien des choses...

En parallèle, la cité bruisse de complots et de manigances. Les tractations politiques vont bon train, la cité est menacée, les Immortels semblent derrière les attaques de "Golyups" de plus en plus fréquentes. Le patriarche est toujours dans un état second et Bathyl joue un jeu dangereux...
L'alliance avec Xendre va t-elle être acceptée ? La prophétie enfin dévoilée va t-elle précipiter les événements ?

Une histoire toujours aussi passionnante entre le destin de ces quatre jeunes tellement attachants et l'avenir de la Rouelle prise dans un tourbillon de dangers et d'intrigues. Magie, amitié, déception, espoirs, relations qui évoluent, suspense, il y a encore de bien beaux moments portés par une plume toujours aussi vivante et agréable. On ne s'ennuie jamais et le récit est parsemé de petites allusions qui promettent une suite pleine de surprises... j'ai hâte ! 


Un grand merci à Muriel Rawolle pour sa gentillesse et 
pour cette histoire palpitante ! 

Sur mon échelle

dimanche 31 octobre 2021

L'adoption - Tome 3 : Wajdi





Scénariste : Zidrou
Dessinateur : Arno Monin
Editions : Grand Angle



Les meilleures intentions ont parfois les pires conséquences. Originaire du Yémen, Wajdi a grandi dans l’horreur de la guerre. Une enfance brisée par les combats, les privations, les souffrances. Après de longs mois d’attente, Gaëlle et Romain accueillent enfin Wajdi chez eux. Méfiant, endurci par la force des choses et ne parlant pas un mot de français, l’enfant de 10 ans s’effraie des moindres bruits du quotidien et interprète mal les gestes les plus simples.
Les heureux parents adoptifs vont être très vite confrontés aux premiers « non », aux premiers troubles de l’adolescence et aux premières rébellions. Wajdi a connu le pire, il va lui falloir du temps avant d’en accepter le meilleur.
Paru le 29 septembre 2021


Mon avis

J'avais adoré le premier cycle et l'histoire de Qinaya, je ne pouvais pas passer à côté de ce nouveau tome ! Une nouvelle fois les auteurs nous offrent une variation sur le thème de l'adoption, encore une bien jolie lecture entre émotion et gravité.

Wajdi a 10 ans et il arrive du Yémen où il a connu guerre, deuils... C'est avec ce terrible bagage qu'il arrive dans une nouvelle famille, bien décidée à l'adopter. Mais l'adoption n'est pas une affaire simple, surtout à cet âge...

Il y a beaucoup d'intelligence dans la façon de présenter cette famille pleine de bons sentiments qui a fantasmé cet enfant et qui se retrouve devant une réalité toute autre. Entre "bien pensance" et idées toutes faites, la désillusion est grande et il faudra apprivoiser le petit bonhomme dur et distant. Le scénario est au cordeau, ménageant des moments forts, des allusions subtiles au passé et une fin judicieuse pleine de tensions... 

Le regard de Wajdi est d'une profondeur insondable, ce gamin terrorisé que la vie a malmené prend vie sous les crayons du talentueux Arno Monin. C'est beau, c'est dur, c'est émouvant...

Un très bel album, vivement la suite ! 


Sur mon échelle : 📚📚📚📚





mercredi 27 octobre 2021

A la lumière de la nuit







Auteur
: Ilaria Tuti
Editions : Robert Laffont
Collection : La Bête Noire





Atteinte d'une maladie rare et condamnée à l'obscurité, Chiara, huit ans, fait des rêves aussi étranges qu'effrayants : dans la forêt qui jouxte sa maison, elle voit un arbre couvert de mystérieuses inscriptions au pied duquel repose un cœur d'enfant.
Chiara est convaincue que son rêve fait écho à des événements réels. Terrifiés, ses parents contactent la police, lançant la commissaire Battiglia sur les traces d'un passé tourmenté.
Dans cette région d'Italie où la terre est brûlante, seuls peuvent enquêter ceux qui survivent à la lumière de la nuit...
Paru le 14 octobre 2021


Mon avis :

Encore un vrai coup de cœur !
Et pourtant le roman est très court (à peine 226 pages) mais il fait écho au premier tome de la série (Sur le toit de l'enfer) que j'avais tant aimé, et j'ai retrouvé ici tout ce qui m'avait tant plu alors.

Chiara est une enfant particulière, une enfant de la lune, de celles qui ne peuvent vivre à la lumière du soleil. Lorsqu'un rêve aux allures de vérité vient la perturber profondément, sa mère Giulia fait appel à  Teresa Battiglia, c'est à elle et à personne d'autre qu'elle veut avoir à faire. Intuition de mère, intuition de femme, Giulia et Teresa sont troublées par les mots de la fillette qui décrivent la tombe d'un enfant au pied d'un arbre, véritable rêve ou fait véridique auquel aurait assisté Chiara ? 

Sur un postulat de départ plus que léger, la commissaire va entreprendre des recherches dans la forêt aux alentours de la maison  avec l'aide de l'inspecteur Marini. Contre la raison pure, contre l'avis d'Alessandro le père, contre sa hiérarchie, elle va s'attacher à cet accent de vérité qui la hante et à force de fouiller faire ressortir une vieille histoire terrible, celle d'une douleur muette depuis 20 ans, une douleur faite de silence et d'attente, celle d'une vie mise entre parenthèse .

Plus que l'histoire en elle-même qui pourtant est terrible et frappante, c'est la relation de Teresa à l'autre qui me bouleverse à chaque fois, son intuition et sa perception si particulière d'autrui, sa profonde empathie, ses fulgurances, les trésors de délicatesse qu'elle sait déployer, son humanité sous sa carapace de rudesse. 

Chez elle il y la policière solide, et puis il y a les failles personnelles, les questions et souffrances intimes, et cette sorte d'urgence qui l'anime parce que le temps lui est compté. Quel personnage dense, contrasté et charismatique avec une aura de persuasion incroyable !  Son équipe ne s'y trompe pas et fait bloc derrière elle dans une belle unanimité.

La plume de l'auteur est sensible et élégante, elle crée des ambiances particulières, elle décrit les paysages avec poésie mais aussi les sentiments avec justesse. Et les thèmes abordés sont forts : maladie, exclusion, réfugiés, justice, vieillesse, loyauté...

Et puis il y a Andréas, j'ai eu tant de plaisir à avoir de ses nouvelles,  une façon de prolonger "Sur le toit de l'enfer", la relation entre Teresa et lui est tellement bouleversante !

Merci  Robert Laffont et La collection La Bête Noire  pour cette si belle lecture ! 


Sur mon échelle

lundi 25 octobre 2021

Le loup des Ardents


 

Auteur : Noémie Adenis
Editions : Robert Laffont
Collection : La Bête Noire

Grand prix des enquêteurs 2021


Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font.
1561, Sologne. L'hiver s'abat sur Ardeloup. Nuit et jour la neige tombe, transformant implacablement le village en prison. Puis un mal mystérieux se répand parmi les habitants. Certains ont des hallucinations terrifiantes, d'autres hurlent qu'ils brûlent alors qu'ils sont glacés. Cette maladie qui imprime sa marque noire sur le corps des mourants est-elle l'œuvre d'un démon ou celle d'un assassin ?
Bientôt, la superstition embrase les esprits. Il faut un coupable avant qu'il ne reste plus personne pour enterrer les morts...
Paru le 16 septembre 2021


Mon avis :

 Une nouvelle fois le grand prix des enquêteurs a frappé, quelle excellente lecture !

Ce roman est tout d'abord une plongée passionnante dans un petit village de Sologne au 16e siècle, Ardeloup. Mode de vie, mode de pensée, l'immersion est totale et l'auteur agrémente son roman d'une foison de détails réalistes et fascinants. 
Quelques personnages clés du village, les notables surtout,  prennent vie dans un récit circonstancié où le rôle de chacun est déterminé. Les querelles et les luttes de pouvoir sont présentes mais les villageois parviennent malgré tout à s'entendre pour leur quotidien.

.L'hiver est là et le froid arrive, un froid saisissant, pénétrant, la neige s'accumule et rend impraticables toutes les routes autour du bourg.
Aymar de Noilat, médecin de passage, se retrouve ainsi bloqué dans la commune. Il est hébergé dans la ferme de l'homme le plus influent. Lorsqu'un mal mystérieux frappe tour à tour les habitants, un mal horrible et effrayant qui s'attaque au corps comme à l'esprit (attention aux âmes sensibles, la médecine de l'époque est parfaitement décrite et quelques scènes sont difficiles...), il n'aura de cesse de soigner, accompagner, chercher un remède malgré les morts qui se succèdent, hommes, femmes, enfants sans distinction.
Il devient de ce fait le témoin privilégié des événements qui s'en suivent... c'est d'ailleurs des extraits de son journal qui figurent en incipit des chapitres.

Très vite la peur s'installe dans ce huis-clos étouffant et les esprits s'échauffent, des rumeurs courent, un rodeur a été perçu, une personne porte malheur, chacun va de sa propre théorie et les superstitions s'opposent aux esprits rationnels. Les vieux secrets du village ressurgissent et exacerbent la situation... quelqu'un doit payer !

Le suspense est très intelligemment entretenu et la seconde partie du roman s'infléchit sans prévenir et bascule sur une autre perspective totalement inattendue, de nouvelles questions se succèdent, renouvelant l'intérêt jusqu'à la toute fin  judicieuse où tout prend sens. 

Un polar astucieux et  passionnant, plein de tensions, de surprises et ancré dans un contexte historique parfaitement restitué, une réussite ! 

Un grand merci à La Bête noire pour cette nouvelle belle découverte !

Sur mon échelle : 📚📚📚📚

vendredi 22 octobre 2021

Le fracas et le silence






Auteur : Cory Anderson
Editions : Fleuve Noir et PKJ




C'est l'hiver.
Le ciel est noir ; il fait un froid mortel.
Jack Dahl, 17 ans, n'a plus d'espoir, plus d'avenir, personne sur qui compter, hormis son petit frère Matty. Depuis la mort de leur mère, les ressources des deux garçons s'amenuisent inexorablement. Alors, pour éviter de devoir confier son frère à un orphelinat, Jack doit trouver le mystérieux sac rempli de billets qui a envoyé leur père en prison.

Ava Bardem a le même âge que Jack. Elle se cache, son existence n'est que solitude et silence. Cela fait dix-sept ans que son père, Victor, baron de la drogue, contrôle sa vie dans les moindres détails. Il lui a appris à n'aimer personne, à ne pas faire confiance aux autres.
Et il recherche le même sac d'argent que Jack. Quand les routes des deux familles se croisent, Ava doit faire un choix déchirant : se taire par loyauté envers son père ou aider les deux frères à survivre...Quand le chemin des deux familles se croise, Ava doit faire un choix déchirant : se taire par loyauté envers son père ou aider les deux frères à survivre...
Paru le 7 octobre 2021

Mon avis :

J'étais très curieuse de découvrir ce livre édité par deux maisons d'édition en parallèle, ce n'est pas commun et je comprends maintenant la démarche, un livre qui s'adresse aux jeunes tout autant qu'aux adultes, un livre qu'on ne peut figer dans une case.

Une fois ouvert il est très difficile de le reposer, la première scène forte et marquante vous saisit d'emblée...
Jack et Matty sont dorénavant seuls, leur mère est morte et leur père est en prison pour de longues années. Sans argent, sans amis, ils doivent faire face au quotidien et surtout éviter les services sociaux pour ne pas risquer d'être séparés. Mais trouver comment vivre au jour le jour ne reste pas le seul problème des deux garçons. Jack a eu la très mauvaise idée pour tenter de s'en sortir de faire appel à la seule personne censée être capable de les aider et désormais il est impliqué dans une affaire d'hommes dangereux qui le dépasse largement.
Le roman devient une course poursuite haletante, pleine de dangers, de violence et de suspense ... Les morts s'amoncellent...

Outre le polar plutôt bien ficelé, c'est la très belle relation fraternelle qui retient l'attention. Jack est émouvant, il est écrasé de responsabilités et de décisions à prendre au jour le jour pour tenter de protéger coûte que coûte son petit frère.  Matty est lui tellement touchant avec ses petites autos et son regard innocent qui pressent sans vraiment la comprendre la gravité de la situation. 

Et puis il y a Ava, adolescente énigmatique, personnage clé de la narration. Sa rencontre avec Jack n'a pas été des plus simples mais une connivence est née entre eux, une connivence profonde nécessitant peu de paroles. Devant l'enchainement des événements, son choix sera cornélien. Aider les deux frères mais à quel prix ? Petit à petit elle va se libérer de ses chaînes... 

Quelques figures essentielles gravitent autour du trio, le glaçant et implacable Bardem et le très chouette flic. Ce dernier sent le drame arriver et tente de retrouver ces deux gamins perdus pour qui il a une tendresse toute particulière.   

Il y a beaucoup  d'atouts dans ce roman très prenant  à la fois un polar très noir sans temps morts, mais aussi une multiple histoire d'amour, amour fraternel, amours adolescentes, relations parents-adolescents... C'est sombre et émouvant.

Une très bonne lecture !


Sur mon échelle : 📚📚📚📚

mardi 19 octobre 2021

L'ours




 

Auteur : Andrew Krivak
Editions : Globe
Traduction : Héloïse Esquié




Ils ne sont que deux survivants humains, un père et sa petite fille, dans une maison au bord d'un lac. Leurs voisins ? Des arbres centenaires, des plantes millénaires, des oiseaux dont les appels trouent les ciels, des traces d'ours sur les troncs et une montagne qui n'a pas changé depuis qu'Emerson et Thoreau y puisaient leur force et leur sagesse. Au fur et à mesure que la fille grandit, son père lui apprend tout ce qu'il peut, pour la préparer à une vie en harmonie avec une nature majestueuse et tutélaire. Et quand la fille se retrouvera seule, c'est l'ours du titre qui lui servira de guide ultime pour s'orienter à travers un environnement aussi rude que prodigue, dans une communion élégiaque.
Paru le 1er septembre 2021


Mon avis :

Tout d'abord je tiens à remercier Léa et le Picabo River Book Club ainsi que les Editions Globe pour l'envoi de ce livre.

157 pages lues en une petite matinée, ce roman est une jolie fable philosophique, véritable ode à la nature.

La fillette, dont nous ne saurons jamais le nom, vit seule avec son père, aucun autre humain n'est présent comme s'ils étaient les derniers représentants de l'espèce sur terre. Ce père est attentif, bienveillant et il s'efforce avant tout d'enseigner tous les gestes du quotidien pour survivre dans la nature, pour la comprendre, la respecter. Entourés de montagne, de forêts, dans un huis clos à deux, il montre, il explique chaque geste, chaque endroit, il laisse l'enfant faire ses premières expériences, en tirer ses conclusions et grandir. Il transmet aussi son histoire en racontant la mère, le deuil, en décryptant quelques livres rescapés d'une autre vie.

Dans ce quotidien rythmé par les tâches nécessaires s'invitent parfois la solitude, la peur, l'appréhension, les dangers et lorsque la présence paternelle fera défaut ce sont les animaux qui tour à tour viendront en aide à la jeune fille, un ours, un aigle, un puma.... Entre eux, la communication est immédiate et naturelle, l'enseignement du père trouve sa finalité dans cette totale harmonie.

Une jolie histoire sur le sens de la vie, la transmission, sur l'interaction entre les hommes et la nature, portée par une belle plume très visuelle. Les descriptions sont nombreuses et les paysages se dessinent avec une grande précision. 

Un joli moment de lecture suspendu hors du temps.


Sur mon échelle : 📚📚📚



mardi 12 octobre 2021

True Story






Auteur : Kate Reed Petty
Editions : Gallmeister
Traduction : Jacques Mailhos



Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie. Une simple rumeur, lancée en ce lointain été 1999 par deux ados éméchés, a embrasé en un rien de temps toute la communauté. Que s'est-il réellement passé sur la banquette arrière de cette voiture alors qu'ils ramenaient Alice, endormie, chez elle ? Accusations, rejets, déni, faux-semblants... la réalité de chaque protagoniste vacille et reste marquée à tout jamais. Et quand le présent offre une chance de réparer le passé, comment la saisir ? Faut-il se venger ou pardonner ? Ou mieux vaut-il tout oublier ? Mais peut-on oublier ce qu'on n'a jamais vraiment su ?
Paru le 19 août 2021

Mon avis :

Quel livre singulier !

Eté 1999, Alice lors d'une soirée est ramenée chez elle par deux adolescents passablement alcoolisés. Elle ne garde aucun souvenir de ce trajet sur la banquette arrière de cette voiture et cependant une rumeur se répand comme une trainée de poudre.  Alice va devoir dorénavant vivre avec ce trou noir dans sa vie, avec cette question lancinante de savoir ce qu'il s'est passé ce soir-là, si elle est une victime ou non...

Sur ce postulat de départ, l'auteur nous livre un récit éclaté, un véritable exercice de style où la narration se décline de diverses façons : lettres personnelles, lettres de candidature à l'université (et tous ses brouillons...), mails, scénarios, récit à la première personne, à la troisième personne,  utilisation du "tu" pour le personnage se racontant, retranscriptions d'entretiens...etc... des variations de style parfois étonnantes. Mais Kate Reed Petty ne joue pas seulement sur cet axe-là, elle propose  des changements de temporalité, un focus sur les différents protagonistes et leur point de vue, ce qui donne un récit caméléon étonnant où la vérité de chacun s'inscrit dans une pièce d'un puzzle qu'Alice tente de reconstruire petit à petit. Il y a une vraie maitrise dans l'agencement de l'histoire avec une fin particulièrement bien trouvée qui met en abîme tout le roman.

Le thème est profond et parfaitement exploité, difficulté de se construire, culpabilité, colère, passage à l'acte. La rumeur prend toute sa dimension dévastatrice. Et pourtant si je reconnais la force du message, l'ingéniosité du récit, l'originalité de la forme, si j'ai été happée par certains passages (la relation d'Alice et Q), il m'a manqué une dimension essentielle à mes yeux pour en faire une très bonne lecture, l'émotion.  Le récit déstructuré reste bien souvent froid, comme un récit mis à distance. Mais ce bémol très personnel mis à part, c'est une lecture très originale à découvrir.

Merci à Babelio et aux éditions Gallmeister. 


Sur mon échelle : 📚📚📚



dimanche 3 octobre 2021

Jusqu'au dernier






Scénario : Jérôme Félix
Dessins : Paul Gastine
Editions : Grand Angle




L’époque des cow-boys tire à sa fin. Bientôt, ce sont les trains qui mèneront les vaches jusqu'aux abattoirs de Chicago. Accompagné de Benett, un jeune simplet de 20 ans, Russell a décidé de raccrocher ses éperons pour devenir fermier dans le Montana. En route, ils font halte à Sundance. Au petit matin, on retrouve Benett mort. Le maire préfère penser à un accident plutôt qu’à l'éventualité d'avoir un assassin parmi ses concitoyens et chasse Russell de son village. Mais le vieux cow-boy revient à la tête d'une bande d'Outlaws pour exiger la vérité sur la mort de Benett…
Paru le 30 octobre 2019

Mon avis :

J'ai toujours aimé les Western d'aussi loin que je m'en souvienne, en films, en BD, je les collectionne et forcément, je n'ai pas pu résister à cette belle couverture. 
Un superbe album tant sur le fond que sur la forme...

Lorsque Russell arrive au ranch de son ami William Hattaway c'est pour y trouver sa tombe et sa femme décédée depuis peu qu'il doit enterrer. Il ne reste que le jeune Benett, un enfant un peu simple d'esprit qu'il prend désormais sous sa coupe.
Russell est un cow-boy pourvoyeur de bétail. Mais il a bien compris que l'arrivée du chemin de fer sonne le glas de sa profession. Avec un petit pécule en poche, accompagné de son bras droit et ami Kirby, il décide d'acheter un petit lopin de terre dans le Montana et d'offrir un avenir à Bennett qu'il considère désormais comme son fils.
Lors d'une halte dans une petite ville paisible le drame survient..... Russell réclame justice et devant l'inertie du village, il décide de se venger.

Il y a tout ce que j'aime dans cet album, l'Ouest sauvage, les hommes à la loyauté chevillée au corps, l'amitié, la corruption, les guet-apens, des morts, les chevauchées, la vengeance.... Le scénario est solide et intelligent, plein d'actions, d'enchainements plausibles et offre le tableau d'un monde en pleine mutation qui laisse peu de place aux traditions. 
Russell et Kirby sont particulièrement charismatiques, des cow-boys à l'ancienne avec un code d'honneur bien éloigné des nouveaux intérêts économiques et quelques beaux personnages secondaires participent à faire de cette bande dessinée une jolie réussite, une institutrice particulièrement dévouée, le jeune Tom, garnement impliqué bien malgré lui.

Les dessins sont superbes, très réalistes, pleins de détails tant dans les somptueux paysages que dans les expressions des visages saisissants. 
C'est beau, c'est prenant, c'est maîtrisé jusqu'à la toute fin qui offre un épilogue réussi à cette sombre histoire. Une jolie découverte !

Sur mon échelle : 📚📚📚📚

lundi 27 septembre 2021

La nuit du faune


 

Auteur : Romain Lucazeau
Editions : Albin Michel
Collection : Albin Michel imaginaire





Au sommet d'une montagne vit une petite fille nommée Astrée, ayant pour seule compagnie de vieilles machines silencieuses. Un après-midi, elle est dérangée par l'apparition inopinée d'un faune, en quête de gloire et de savoir. Mais sous son apparence d'enfant, Astrée est en réalité une très ancienne créature, dernière représentante d'un peuple disparu, aux pouvoirs considérables.
Le faune veut appréhender le destin qui attend sa race primitive. Astrée, pour sa part, est consumée d'un mortel ennui, face à un cosmos que sa science a privé de toute profondeur et de toute poésie.
À la nuit tombée, tous deux entreprennent un voyage intersidéral, du Système solaire jusqu'au trou noir central de la Voie Lactée, et plus loin encore, à la rencontre de civilisations et de formes de vies inimaginables.
Paru le 1er septembre 2021


Mon avis :

Quel livre incroyable ! J'aime quand une lecture me sort de ma zone de confort avec tant de panache !

Astrée, fillette solitaire, vit dans un monde protégé par un dôme en verre indestructible, entourée par des serviteurs-machines qui veillent sur son confort. Les jours se suivent et se ressemblent jusqu'au jour où un faune parvient à s'introduire dans son domaine. Ce dernier a franchi de nombreux obstacles dans l'espoir de trouver la connaissance et  le pouvoir.
Astrée qui n'a que l'apparence d'une enfant est en réalité très âgée, dernière d'une espèce éteinte et cette présence inespérée va secouer son ennuyeux quotidien, lui permettre de se retrouver elle-même et susciter un nouvel espoir. Elle propose à Polémas de voyager avec elle afin de voir pour comprendre.

S'en suit un fabuleux voyage interplanétaire passionnant à travers l'espace et le temps, à la rencontre d'espèces insoupçonnées, issues du carbone ou du silicium, civilisations vivantes ou robotiques, en paix ou en guerre mais qui toutes assemblées donnent une vision vertigineuse de l'évolution et du sens de la vie.

Avec une plume d'une belle élégance, à la fois précise, poétique, savante, l'auteur nous offre un récit qui débute comme un conte fantastique et s'enrichit d'une grande profondeur, un récit plein de surprises qui donne à voir, à rêver, à imaginer, à réfléchir...

Il y a tant de descriptions vivantes et étonnantes, de trouvailles, d'idées, de réflexions dans ce roman qu'il est impossible d'en faire un inventaire, c'est un livre que je suis sûre de relire pour dénicher les détails, les références à côté desquels je suis forcément passée..

Je remercie vivement Albin Michel Imaginaire pour cette incroyable lecture !


Sur mon échelle : 📚📚📚📚

dimanche 26 septembre 2021

L'Agence des Invisibles - Enquête 1 : Friedrich Müller





Scénario : Marc Levy et Sylvain Runberg
Dessin : Espé
Couleurs : Degreff
Editions : Philéas/Versilio




L'Agence des Invisibles, menée par Norman Cooper et son ami Kuma Takara, retrouve la trace de personnes disparues au cours des grands conflits, depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu'à nos jours, et reconstitue le déroulement des derniers jours de leur vie ainsi que les circonstances de leur disparition.
Comment ne pas vouloir découvrir l'histoire d'un parent proche, quelle famille peut prétendre ne pas connaitre de zones d'ombre, ne pas avoir de secrets ou d'arrangements avec la vérité ? Qui peut être certain de connaitre vraiment l'histoire des siens ?
Julia Müller débarque à New York pour savoir ce qui est arrivé à son père, Friedrich Müller, navigateur dans la Luftwaffe disparu avec son bombardier en 1941.
L'Agence des Invisibles est réputée comme la meilleure quand il s'agit de retrouver des personnes disparues.
Paru le 16 septembre 2021

Mon avis :

Un album que j'ai choisi uniquement sur son titre et sa couverture, j'aime parfois me plonger dans une lecture sans absolument rien en savoir, et quelle bonne lecture ! Un polar efficace et très prenant.

Julia Müller est à la recherche de son père, Friedrich Müller, dont on a perdu la trace il y a des années durant la seconde guerre mondiale. Pilote allemande, son bombardier n'a jamais été retrouvé.
Elle s'adresse à l'Agence des Invisibles, la meilleure équipe spécialisée pour retracer le parcours des personnes disparues.

Vraiment un très chouette album qui joue sur deux tableaux, les investigations menées par les agents mais aussi les relations qu'ils entretiennent entre eux.

L'enquête les mène dans le petit village anglais prospère de Knighton où la population locale ne voit pas d'un très bon œil l'arrivée de ces étrangers. Leurs questions semblent déranger sa quiétude et les incidents plus ou moins graves se multiplient.  Entre pistes et surprises, les agents ne cèdent pas du terrain et comptent bien mener à bout leur mission ! Un scénario habilement construit qui suscite intêret et suspense jusqu'au bout.

Quant aux personnages, ils viennent de différents horizons, chacun a des compétences particulières. On les découvre peu à peu, leur caractère propre, quelques bribes du passé de certains, leurs rapports étroits parfois tendus mais toujours très complices, des hommes et des femmes charismatiques sur lesquels j'ai hâte d'en apprendre plus, il y a une vraie promesse pour les tomes à venir.

Avec un beau dessin classique détaillé, le récit revêt un côté très télévisuel, on est dans une série des experts de la disparition et on attend  le prochain épisode pour y plonger avec grand plaisir.


Sur mon échelle : 📚📚📚📚


dimanche 19 septembre 2021

Tananarive




Scénario : Mark Eacersall
Dessins : Sylvain Vallée
Couleurs : Delf
Editions : Glénat





Au soir d’une vie rangée et précautionneuse, un notaire en retraite va partir à l’aventure pour la première fois de son existence. Petite aventure, mais véritable odyssée pour lui. Lancé aussi vite que ses vieux os le lui permettent sur les traces d’un hypothétique héritier, au volant d’un coupé qui n’avait jamais quitté le garage et accompagné d’un curieux passager, il va découvrir qu’il n’est jamais trop tard pour en apprendre sur les autres...
... et sur soi-même.
Paru le 8 septembre 2021


Mon avis :

Dès que j'ai vu cette couverture j'ai su que j'allais acheter ce livre... Je suis extrêmement friande de ces duos improbables et le contraste entre les deux personnages a tout de suite attiré mon attention. Une lecture qui a tenu toutes ses promesses !

Amédée est un notaire retraité dont la vie est réglée comme du papier à musique, il n'aime rien tant que d'écouter les histoires extraordinaires de son ami Jo, vieux baroudeur excentrique dont les souvenirs et les récits permettent à son vieil ami de s'évader de son quotidien étriqué.
Lorsque Jo est terrassé par une soudaine crise cardiaque, Amédée se souvient d'un fils évoqué lors des soirées partagées et décide de rechercher ce possible héritier...

Au volant d'une voiture d'un autre âge, le vieux notaire se lance dans un périple imprévu avec pour bagage une amitié toujours vivante. Et quelle aventure pour cet homme rangé et prudent ! 

Rencontres diverses, révélations bouleversantes, ce road-trip est une véritable expédition qui va ébranler profondément le vieil homme.
Avec un scénario au cordeau, ses superbes dessins très expressifs, gros plans sur les visages, les regards, ses références en forme d'hommage (les aventures de Pinpin ♥), une bande dessinée drôle, émouvante, tendre, nostalgique, qui au delà du récit interroge sur la vie, sur les choix de chacun, sur l'imaginaire... 
Une bien belle lecture !


Sur mon échelle : 📚📚📚📚

samedi 18 septembre 2021

Le bal des folles

 






Auteur : Victoria Mas
Editions : Albin Michel






Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d'une soirée, le Tout-Paris s'encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles - d'un côté les idiotes et les épileptiques ; de l'autre les hystériques, les folles et les maniaques - ce bal est en réalité l'une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.
Paru le 21 août 2019


Mon avis :

Parfois on se demande pourquoi on a attendu si longtemps pour lire un livre ! 
Je m'étais dit je vais le lire cette semaine pour pouvoir regarder l'adaptation en suivant, j'ai ouvert le livre et..... je ne l'ai refermé qu'une fois terminé sans avoir vu le temps passer ! 
Quel roman terrible et passionnant ! Quelle écriture précise, sensible !     

Le destin de Eugénie, Louise et Geneviève met en lumière avec quelle cruauté les femmes pouvaient être traitées au XIXe siècle, comment toutes celles qui gênaient un père, une belle-mère, un frère disparaissaient derrière les murs de la Salpêtrière dans le service du docteur Charcot dont j'ai découvert les expériences inacceptables... Maltraitance, violences physiques et psychologiques sont le quotidien de ces recluses abandonnées de tous.

Mais si le roman dénonce, il fait aussi trois beaux portraits de femmes :
Eugénie, intelligente, un brin rebelle avec un don encombrant qui lui vaudra bien des tourments. Trahie par les siens, elle ne baisse jamais les bras.  Quelle force de caractère, quelle volonté ! 

Louise, l'adolescente naïve que les traumatismes subis n'ont pas brisée, c'est un personnage plein d'innocence qui rêve d'amour, de mariage, de bal et de flonflons, et les séances d'hypnose en public qu'elle supporte lui semblent être une aubaine. 

Geneviève, l'infirmière froide et détachée au service de Charcot que la rencontre avec Eugénie va bousculer profondément mettant à nu ses douleurs...

Ce bal qui n'en a que le nom est l'événement attendu, rêvé par ces femmes hors du temps et de la vie, ce sera le point d'orgue pour Geneviève, pour Louise, pour Eugénie, l'une d'elles sera brisée, l'autre sera sauvée et la dernière accomplira son destin... Bouleversant !

Une mention particulière pour Théophile, frère indifférent dont la conscience s'éveille peu à peu, un contrepoint bienvenu qui amplifie par contraste la lâcheté et la cruauté du père... J'ai adoré ce personnage.

Une excellente lecture captivante, révoltante, émouvante ...

Il ne me reste plus qu'à regarder le film maintenant! 



Sur mon échelle : 📚📚📚📚 (on n'est pas loin du coup de cœur)

vendredi 17 septembre 2021

Les Chroniques de Fogas - Tome 1 : L'Auberge






Auteur : Julia Chapman
Editions : Robert Laffont



Branle-bas de combat dans la petite commune pyrénéenne de Fogas : l'Auberge des Deux Vallées vient d'être rachetée par un couple d'Anglais.
Les habitants vont-ils devoir troquer foie gras, garbure et cassoulet contre bœuf bouilli, fish & chips et infâme jelly ? Sus à l'envahisseur ! Ni une ni deux, le maire, fou de rage, convoque d'urgence un conseil municipal, mais les querelles internes ne font que jeter de l'huile sur le feu...
Français et Britanniques sauront-ils trouver un terrain d'entente à la table des négociations ?
Paru le 1er juillet 2021

Mon avis

Quel plaisir de retrouver la plume de Julia Chapman ! 
Cette fois-ci, point de crime ni d'enquête, il s'agit des chroniques d'un petit village pyrénéen que l'arrivée d'un couple d'anglais va mettre sans dessus dessous. 

A Fogas, l'auberge que convoitait le maire pour son beau-frère a été vendue à Lorna et Paul Webster, venus de la "perfide Albion". Inacceptable ! Il va aussitôt comploter pour mettre dehors ces envahisseurs et récupérer "son bien". Très vite, le village va se scinder en deux, les pour et les contre, et tous les coups sont permis !

On retrouve tous les ingrédients qui font la saveur des romans de l'auteur : un ton plein d'humour, un jeu sur les clichés à la fois français et anglais, une galerie de personnages haute en couleurs, des rumeurs inhérentes à un petit village, des animaux partie prenante de l'histoire, des situations impossibles drolatiques, de l'émotion, des rebondissements et un suspense entretenu autour de l'ouverture de cette si convoitée auberge.

Tous les personnages choisissent leur camp, il y a les bons et les mauvais ( certains avec quelques nuances et des zones d'ombres cependant) et peu à peu, dans ce quotidien fait de conflits ou d'entraide, chacun laisse entrevoir un peu de son histoire intime, de quoi titiller la curiosité et donner envie de poursuivre la série.
Une mention particulière à Josette et Jacques, particulièrement touchants...

Une très bonne lecture, divertissante, parfaite pour se détendre ! 

Merci aux Editions Robert Laffont ! 



Sur mon échelle 📚📚📚📚

jeudi 16 septembre 2021

Sauve-la






Auteur : Sylvain Forge
Editions : Le livre de poche




Alexis Lepage, modeste employé d’assurances, est sur le point de se marier avec la fille de son patron lorsqu’il reçoit un message de Clara, son amour de jeunesse, qui refait surface après des années. Alors qu’elle le supplie de l’aider à retrouver sa fille disparue, Alexis hésite. Que dissimule cette demande impromptue, si longtemps après leur séparation ? Et pourquoi Clara refuse-t-elle de le rencontrer ? Replongé dans un passé dont il n’a jamais fait le deuil, Alexis va partir à la recherche d’une fille dont il ignore tout. Son enquête le conduira droit en enfer.

Un thriller captivant qui a pour toile de fond l’intrusion du numérique dans nos vies et son impact sur notre représentation du monde.
Paru le 16 juin 2021

Mon avis :

La vie d'Alexis Lepage semble toute tracée, un prochain mariage avec Clémence la fille de son patron. Mais un message venu du passé va tout chambouler... Clara la femme qu'il a profondément aimée et qu'il a eu tant de mal à oublier lui demande de l'aider à retrouver sa fille Olivia déclarée morte dans un accident de bus mais qu'elle est persuadée être vivante.

C'est un polar très efficace qui joue sur deux tableaux, l'enquête difficile en Ariège, entre migrants clandestins, réticence locale et laboratoire aux pratiques douteuses, une enquête pleine d'écueils, de dangers, de morts mais aussi l'histoire plus personnelle d'Alexis tiraillé entre deux amours, celui de sa jeunesse et celui du présent. Quelques messages virtuels sont venus bouleverser ses certitudes et son quotidien, j'ai beaucoup aimé l'approche fascinante autour du numérique qui pose questions et dont je ne vous parlerai pas plus avant afin de ne pas trop vous en dire...

Un polar énergique, un thème troublant que l'auteur poursuit avec quelques notes pertinentes et bienvenues en fin de livre, une bonne lecture !


Sur mon échelle : 📚📚📚

dimanche 12 septembre 2021

Celui qui est né deux fois - intégrale







Auteur : Derib
Editions : Le Lombard




Redécouvrez la grande saga indienne de Derib, qui retrace le funeste destin de la nation Sioux à travers celui de Pluie d’Orage. Devenu homme-médecine à la suite de sa rencontre avec les esprits, le jeune Lakota guide les siens sur le chemin de la spiritualité. Mais toute sa sagesse ne pourra rien contre la fatalité de leur rencontre avec l’homme blanc. Heureusement, si la chair est éphémère, l’esprit peut, lui, connaître une seconde naissance vers l’éternité. Et ce livre en est une preuve.
Paru le 11 juin 2021

Mon avis :

Quel bonheur de trouver cette magnifique intégrale pour remplacer de vieilles éditions prêtées et jamais rendues ! Un indispensable pour moi dans ma Bédéthèque. 

C'est dans cette trilogie ( 1 - Pluie d'orage - 2 - La danse du soleil - 3 - L'arbre de vie ) que Derib raconte la vie de Pluie d'orage depuis sa naissance jusqu'à sa mort et à travers lui, l'histoire du peuple Sioux.
Le récit passionnant raconte une vie mais aussi le quotidien d'un peuple, ses traditions, ses croyances, sa connexion à la nature et l'importance de la transmission entre générations. Il y a la petite enfance, les guerres entre tribus, les deuils, l'initiation auprès de l'extraordinaire Ours qui court vite (quel personnage marquant !) et l'arrivée de l'Homme blanc. 
 
Les dessins sont superbes : visages burinés, regards expressifs, mouvements, précision des détails  et paysages où les animaux s'ébattent et les saisons se déclinent... dans une mise en page extrêmement dynamique grâce à l'organisation très libre des vignettes et les pleines pages magnifiques. 
C'est plein de poésie et de cruauté, c'est dur et c'est beau... 

Un plus de cette intégrale, un cahier graphique de planches crayonnées ou en couleur en fin d'album et la très touchante préface du fils de l'auteur.

Un album coup de cœur que je ne me lasse pas de relire ♥

Sur mon échelle

lundi 23 août 2021

Des milliers de lunes








Auteur
: Sebastian Barry
Editions : Joelle Losfeld
Traduction : Laetitia Devaux




Bien qu'il s'agisse d'une histoire à part entière, nous retrouvons Winona Cole, la jeune orpheline indienne lakota du roman Des jours sans fin, et sa vie dans la petite ville de Paris, Tennessee, quelques années après la guerre de Sécession. Winona grandit au sein d'un foyer peu ordinaire, dans une ferme à l'ouest du Tennessee, élevée par John Cole, son père adoptif, et son compagnon d'armes, Thomas McNulty. Cette drôle de petite famille tente de joindre les deux bouts dans la ferme de Lige Magan avec l'aide de deux esclaves affranchis, Tennyson Bouguereau et sa sœur Rosalee. Ils s'efforcent de garder à distance la brutalité du monde et leurs souvenirs du passé. Mais l'Etat du Tennessee est toujours déchiré par le cruel héritage de la guerre civile, et quand Winona puis Tennyson sont violemment attaqués par des inconnus, le colonel Purton décide de rassembler la population pour les disperser. Magnifiquement écrit, vibrant de l'esprit impérieux d'une jeune fille au seuil de l'âge adulte, Des milliers de lunes est un roman sur l'identité et la mémoire, une sublime histoire d'amour et de rédemption.
Paru le 19 aout 2021

Mon avis :

Lorsque Babelio m'a proposé de lire ce roman, je n'ai pas hésité une seconde, j'aime beaucoup les récits sur les indiens et celui-ci n'a pas dérogé. Une chouette lecture !

Une narration à la première personne nous met en lien immédiat avec l'intimité de la jeune Winona. Le style direct, parfois plein de poésie, parfois très familier m'a au premier abord déstabilisée mais très rapidement séduite. L'histoire est racontée de l'intérieur avec toute la complexité du personnage, cette jeune indienne dont les rêves vont être anéantis dans une époque trouble et cruelle.

Cette drôle de famille que forment Winona, Thomas, John mais aussi  Rosalie, Tennyson et Lige doivent faire front aux violence, au racisme et se soutenir.
La guerre de sécession est encore dans tous les esprits, certains blancs ne peuvent accepter les noirs émancipés mais les indiens comptent encore moins, les lois ne leurs sont même pas appliquées. 
C'est dans ce climat tendu que la jeune Winona qui a réussi à avoir un poste à responsabilité chez l'avocat Briscoe rêve de mariage avec Jas Jonski qui la courtise. Comment résister à 17 ans à cet homme bien au dessus de sa propre condition qui lui fait entrevoir un avenir inespéré.
Mais tout s'effondre un soir, dans une étable sordide.... et il n'est même pas question de pouvoir demander officiellement réparation. Winona ne sera plus jamais la même.

Chevauchée, vengeance, bataille, fusillade, vie de famille, quotidien, l'auteur nous dresse un tableau de l'époque saisissant racontée par cette voix singulière à la fois naïve et d'une grande lucidité, celle d'une jeune fille dont les premières illusions vont être emportées mais qui se relève grâce à ceux qui l'entourent et aux souvenirs de son peuple disparu. Il y a beaucoup de fierté et d'intelligence chez Winona, une héroïne très attachante..
Ce récit est vivant, plein d'aventures mais c'est aussi et surtout une belle histoire de tolérance et d'amour.

Un bémol cependant, il y a de nombreuses allusions au tome précédant et j'ai été très frustrée de ne pas l'avoir lu, je pense que j'aurais beaucoup plus apprécié les personnages en ayant suivi leurs premières aventures...

Merci à Babelio et aux Editions Joelle Losfeld

Sur mon échelle : 📚📚📚

vendredi 20 août 2021

Au delà de la mer


 


Auteur : Paul Lynch
Editions : Albin Michel
Collection : Terres d'Amérique
Traduction : Marina Boraso





« Muets de saisissement, Hector et lui regardent le monde se recomposer dans une magnificence de couleurs. Comme s'ils étaient les premiers à contempler des ciels pareils. Chacun commence à entrevoir la vérité de l'autre, à deviner qu'ils sont tous les deux pareillement démunis au cœur de la vérité des choses. Et qu'au sein d'une telle immensité, ce qu'un homme porte en son cœur n'a plus guère de poids. »

Malgré l'annonce d'une tempête, Bolivar, un pêcheur sud-américain, convainc le jeune Hector de prendre la mer avec lui. Tous deux se retrouvent vite à la merci des éléments, prisonniers de l'immensité de l'océan Pacifique. Unis par cette terrifiante intimité forcée et sans issue, ils se heurtent aux limites de la foi et de l'espoir, à l'essence de la vie et de la mort, à leur propre conscience.
Paru le 18 août 2021

Mon avis :

Voilà bien longtemps que j'avais envie de découvrir Paul Lynch, collectionnant ses livres sans trouver le temps de les sortir et puis l'arrivée surprise de ce titre m'a donné l'occasion d'enfin le lire... 
Et quel livre ! 
Un roman très court, 230 pages, un résumé qui pourrait tenir en deux phrases et pourtant il contient une puissance émotionnelle ...

A quoi tient un destin ?  Une dette auprès de gens peu recommandables et Bolivar prend la mer malgré un avis de tempête. Il doit rentrer de l'argent absolument. Mais son acolyte habituel n'est pas là, il persuade donc Hector, un adolescent sans expérience de l'accompagner. Très vite il est dépassé par les éléments déchaînés et par la défaillance de son bateau. Désormais sans moteur, les deux hommes perdus dans l'immensité de l'océan vont devoir survivre.

Il faut s'organiser, utiliser la moindre des occasions pour se nourrir, boire, faire preuve d'à propos et d'intelligence pratique. Mais la promiscuité forcée entre ces deux hommes qui ne se connaissent pas provoque des sentiments contradictoires. Le huis-clos devient peu à peu étouffant entre espoir et désespoir, entraide et fourberie, entre amour et haine.  Cette dualité constante engendre une tension qui enfle au fil des pages jusqu'à devenir insupportable.

Face aux éléments, dans une solitude abyssale et un immobilisme éprouvant, les deux hommes se replient, se questionnent... une introspection douloureuse sur la vie, sur ses propres choix, sur la religion.  L'ombre de la mort plane et parfois la réalité s'estompe laissant place aux rêves et aux délires... passages déstabilisants.

C'est cruel, c'est tragique et c'est porté par une plume saisissante, à la fois précise et onirique. Il y a des scènes épiques de combats contre l'océan et ses murs de vagues infranchissables, des scènes de connivence et d'espoir d'un réalisme poignant, des scènes troublantes à la limite de l'hallucination et de la démence, des scènes dramatiques à vous serrer le cœur ...

Cette lecture m'a amenée bien loin de ma zone de confort, m'a bousculée, m'a captivée, parfois perdue mais en refermant la dernière page j'avais le sentiment d'avoir lu un grand livre.

Une grand merci à Albin Michel pour cette lecture inattendue. 


Sur mon échelle : 📚📚📚📚

mercredi 18 août 2021

Lorsque le dernier arbre

 



Auteur : Michael Christie
Edition : Albin Michel
Collection : Terres d'Amérique
Traduction : Sarah Gurcel




« Le temps ne va pas dans une direction donnée. Il s'accumule, c'est tout - dans le corps, dans le monde -, comme le bois. Couche après couche. Claire, puis sombre. Chacune reposant sur la précédente, impossible sans celle d'avant. Chaque triomphe, chaque désastre inscrit pour toujours dans sa structure. »
D'un futur proche aux années 1930, Michael Christie bâtit, à la manière d'un architecte, la généalogie d'une famille au destin assombri par les secrets et intimement lié à celui des forêts.
20382038. Les vagues épidémiques du Grand Dépérissement ont décimé tous les arbres et transformé la planète en désert de poussière. L'un des derniers refuges est une île boisée au large de la Colombie-Britannique, qui accueille des touristes fortunés venus admirer l'ultime forêt primaire. Jacinda y travaille comme de guide, sans véritable espoir d'un avenir meilleur. Jusqu'au jour où un ami lui apprend qu'elle serait la descendante de Harris Greenwood, un magnat du bois à la réputation sulfureuse. Commence alors un récit foisonnant et protéiforme dont les ramifications insoupçonnées font écho aux événements, aux drames et aux bouleversements qui ont façonné notre monde. Que nous restera-t-il lorsque le dernier arbre aura été abattu ?
Fresque familiale, roman social et écologique, ce livre aussi impressionnant qu'original fait de son auteur l'un des écrivains canadiens les plus talentueux de sa génération.
Paru le 18 août 2021

Mon avis :

Un magnifique roman qui m'a tenue jusqu'au bout de la nuit... Profond, émouvant, intelligent, remarquablement construit, un coup de cœur ♥

On suit la ligne du temps qui traverse en diagonale l'histoire concentrique d'une famille intimement liée aux arbres, des dates qui se font échos de part et d'autre du cœur, le nœud du récit, le début de la lignée, une construction intelligente, originale et maitrisée qui suscite l'intérêt et ménage surprises et révélations. 
La famille Greenwood est une famille de choix avant tout, le sang y a bien peu d'importance, l'auteur nous en raconte quatre générations. Il y a tellement d'histoires intimes dans cette grande épopée familiale, des histoires émouvantes, étonnantes, passionnantes, des personnages denses, plein d'aspérités mais profondément attachants.

Le récit s'articule en 5 temps ( 2038, la cathédrale arboricole de Greenwood, Jake Greenwood -  2008 Liam Greenwood - 1974 Willow Greenwood - 1934 Everett Greenwood - 1908  Harris et Everett) et décrit des relations complexes faites d'abnégation, de sacrifices, de conflits, de rancœur, de révoltes, d'entraide, de trahisons,  de haine et surtout d'amour souvent silencieux ....

Autour gravitent des personnages annexes essentiels, complexes qui participent aux événements et suffisamment saisissants pour marquer les esprits : l'inoubliable Feeney ♥, le complexe Lomax, l'énigmatique Mrs Craig, la généreuse Temple..

Etroitement imbriqués dans cette histoire foisonnante, il y a les arbres, la forêt, intimement liés au destin de chacun. Tantôt guide ou exploitant forestier, producteur de sirop d'érable, menuisier, militant écologique, les arbres sont un lien entre eux au delà du lien familial.

Le récit traverse l'Histoire : la grande dépression, l'industrialisation, le réveil écologique des années 70, la catastrophe climatique et se présente en multi genres parfaitement emboités : tantôt dystopie, roman noir, polar et chasse à l'homme, histoire d'amour, enfance... Un roman passionnant de bout en bout !

Une réflexion sur la société, sur la famille s'accompagne d'une forte dimension écologique avec la description du monde poussiéreux, étouffant de 2038 après le grand dépérissement où les arbres se font rares. Il y a un dimension tragique mais une bouffée d'espoir subsiste...

Un roman tout simplement magnifique, superbement écrit (et traduit), d'une justesse dans les émotions, construit avec une maitrise remarquable. Une mention particulière à Everett, secret, plein de pudeur et tellement touchant.... un personnage inoubliable !   

Je remercie Albin Michel et Terres d'Amérique pour cette formidable lecture !
(et le Picabo River Book Club)


Sur mon échelle :